Quels baccalauréats offrent le plus d’opportunités de concours et de bourses au Gabon ? Quels domaines sont les plus représentés ?

Comment choisir une formation qui saura offrir des opportunités ? Quels critères prendre en compte effectuer son choix ? Comment s’assurer de pouvoir étudier dans de bonnes conditions quand on a des moyens financiers limités ? Les études supérieures au Gabon peuvent être un parcours du combattant n’offrant que très peu de débouchés satisfaisants en fin de parcours. Les différents concours et programmes de bourses disponibles au Gabon sont très souvent des opportunités idéales pour de nombreux élèves faisant face à des difficultés car ils sont dans la majorité assortis d’une bourse d’étude et permettent plus facilement de trouver des opportunités d’emploi. On a référencé 54 concours et programmes de bourses (dont on considère qu’ils offrent de réelles opportunités d’études et d’emplois) parus durant l’année 2023, dont la majorité reviennent chaque année. Ce pour permettre d’avoir une idée de ce à quoi peut s’attendre un élève ou une étudiant intéressé par ce type d’opportunités.

Avant de commencer, pour ceux qui veulent consulter en détail la base de données qui a permis d’extraire ces chiffres, vous trouverez à la fin de l’article un lien vers un fichier plus détaillé des différents concours et programmes de bourses.

Quels sont les baccalauréats les plus demandés dans les différents programmes de bourses et concours ? 

Sans vraiment de surprise, les baccalauréats les plus représentés dans les différents programmes sont les baccalauréats scientifique C et D suivis par les baccalauréats technologiques industriels (STI). Ce qui correspond généralement aux domaines qui sont promus localement par les pouvoirs publics et par les organisations internationales exerçant dans le domaine de l’éducation.  S’il faut considérer que les formations dispensées aux élèves doivent être adaptée aux opportunités d’études et aux opportunités professionnelles, la réalité semble être encore en décalage. L’enseignement secondaire accuse un retard important car dans l’enseignement général, seul 15% des bacheliers sont issus des séries scientifiques C et D (d’après une étude publiée en septembre 2018 par l’organisation OMEGA).     

Pourcentage des programmes de bourses et concours qui sont ouverts aux différents types de baccalauréats.
PS. : Dans ce graphique, on distingue le baccalauréat SI (E) car plusieurs programmes destinés aux filières scientifiques C et D sont également ouverts au baccalauréat SI qui a un programme scientifique considéré équivalent à celui de baccalauréat C.

Quels sont les niveaux d’études demandés ?

Les élèves de classe de Terminale et les bacheliers sont les principales catégories ciblées par ces bourses et concours. Ce qui semble être plutôt adapté aux difficultés d’une partie des élèves qui font face à des difficultés financières. Le passage du lycée aux études supérieures peut être un moment de basculement pour de nombreux élèves principalement marqué par le problème du coût des études dans les écoles privées et l’état de fonctionnement des écoles publiques (grèves, manques d’enseignants, taux de chômage élevé pour les diplômés, …). Ça fait de l’année de Terminale une année importante pour les élèves intéressés par ce type de programmes car c’est à ce moment que les opportunités se présentent le plus.

Pourcentage des programmes de bourses et concours selon les niveaux d’études requis à l’admission.

Les niveaux de formation proposés en fin de formation.

Que ce soit pour un cycle court (Bac+2/3) ou un cycle au long (Bac+5), il n’y a pas de grande différence. Ce sont les principaux niveaux de formation offerts en sortie et les niveaux d’études qui sont généralement visés par la majorité des étudiants. Il reste cependant possible de viser un diplôme de troisième cycle (Bac+8) qui est concerné par 31,5% des programmes recensés.

Pourcentage des programmes de bourses et concours selon les niveaux de formation possibles en sortie.

Les domaines les plus représentés

A l’image des baccalauréats les plus demandés, les domaines les plus représentés ont une forte connotation scientifique et techniques. La santé est le domaine le plus représenté et plusieurs pays comme la France, le Maroc, le Canada sont régulièrement associés des programmes de bourses dans ce domaine. Ça correspond à une tendance mondiale allant dans le sens d’une pénurie de personnels dans le domaine de la santé. Pour de nombreux pays, qui considèrent l’Afrique comme un réservoir de ressources humaines, ces programmes de bourse sont une opportunité combler leur manque de main d’œuvre dans ces secteurs. La tendance est appelée à s’accentuer dans les années à venir comme le laisse entendre Gabriel Attal, premier ministre français, qui déclarait le 30 janvier 2024 avoir nommé un émissaire « chargé d’aller chercher à l’étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France ». Ce phénomène concerne également les secteurs du BTP, des sciences et des technologies.

Les domaines de formation les plus représentés dans les différents programmes de bourses et concours

Dans ce graphique, on retrouve également les domaines qui sont promus et mis en avant par le gouvernement gabonais notamment à travers les « Programmes de Formation à fort taux d’employabilité » pilotés par l’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG) dans lesquels on retrouve des domaines tels que l’informatique, les technologies ou l’agriculture.

Quels sont les pays de destinations des différents programmes de bourses et concours ?

En matière de destinations, les choix sont plutôt variés et quatre continents sont représentés. Logiquement les Gabon est le pays qui revient le plus avec 33% des opportunités et l’Afrique, plus globalement, représente 68,5% des opportunités. C’est la principale destination pour ce type de programmes.

Les pays les plus représentés dans les différents concours et programmes de bourse.

La nuance (importante) à apporter. Les différents programmes de bourses, dont les programmes à destination de pays plus développés, sont généralement présentés comme des opportunités de formation pour des jeunes gabonais dans des filières peu ou pas présents dans l’enseignement local dans le but de revenir servir le pays une fois les diplômes acquis grâce à des formations de qualité. La réalité est bien différente. La majorité des programmes de bourses à destination des pays étrangers plus développés n’existent, en premier lieu, que pour répondre aux manques de main d’œuvre desdits pays dans les domaines concernés. Les étudiants sélectionnés n’ont pas vocation à revenir dans leurs pays d’origine et c’est d’ailleurs que montrent les études existantes sur le sujet. La finalité est que les étudiants concernés exercent dans les pays de destination à la fin de leurs cursus au détriment des pays d’origine. Ce qui n’est pas nécessairement négatif tant que les étudiants concernés gardent tête l’importance de toujours agir et œuvrer dans l’intérêt du continent et des peuples qui y vivent qu’ils soient sur ou en dehors de l’Afrique.

Pour consulter le fichier qui récapitule l’ensemble des programmes sur lesquels se basse cet article, cliquez ici.

Leynart MASSIMBA
Ogooué Education

Inscrivez-vous pour recevoir chaque nouvel article directement dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Commentaires

  • Pas encore de commentaires.
  • Donner votre avis